Auteur // Jean Dherbeys

Publié le par salon du livre Saint-Marcellin

   Jean_Dherbeys.jpg
 

Jean Dherbeys 

Auteur

 


 

 

Titre présenté : Le Vent qui ne doit pas te toucher, Ed. Bénévent, 2012.

 

Dans Rive sud ou le temps de l’espoir, Jean Dherbeys racontait

son long séjour en Algérie dans la région de Jijel, de 1968 à 1973.

 

Au printemps 2009, l’auteur retrouve en Algérie ses anciens élèves,

adolescents pendant les années qui ont suivi l’indépendance.

 

Ces rencontres fraternelles, particulièrement émouvantes, lui ont permis de recueillir des témoignages inédits

sur la guerre de libération, puis sur la guerre civile des années 90, ainsi que d’étonnantes révélations

sur les relations francoalgériennes.

L’itinéraire imaginaire d’un vieux harki partiellement amnésique sert de prétexte à ce nouveau roman,

pour dire, à partir de récits authentiques, la douleur, la beauté, la dignité de cette terre.


Présent samedi et dimanche

 


Jean_Dherbeys_le_vent_ne_doit_pas_te_toucher.jpg


Editeur : Publibook

Auteur : Olivier Vallade  

 ISBN : 9782748375800  

Genre : Roman de société 

Public : Tout public

Le vent ne doit pas te toucher

Au crépuscule de sa vie, Omar, Algérien et ancien combattant français, s’est retiré dans son petit village.

Reclus et délirant, il est rongé par le remords et l’angoisse.


Le remords d’avoir été trahi par ceux à qui il a offert sa vie et son honneur.


L’angoisse d’être coupable d’un crime que lui dissimule son amnésie traumatique.

 

Il est des situations dont on ne s’échappe si personne ne vous tend la main. Antoine, ancien coopérant amoureux de l’Algérie, va enquêter sur ce passé indicible et lui tendre cette main rassurante, synonyme de pardon et de soulagement.


La guerre d’Algérie pollue encore les relations franco-algériennes et nombre de familles vivent avec des secrets trop lourds pour être exprimés. Au royaume des non-dits, la souffrance est reine. Avec le voyage d’Antoine, Jean Dherbey nous enseigne l’amitié unificatrice et prône la rupture avec ces années de mépris et de haine. Avec douceur et compassion, il exprime admirablement la tragédie d’un passé imposé et douloureux. Refusant le fatalisme, il lance un vibrant appel aux jeunes générations pour qu’elles tissent de nouveaux liens d’amitié et de fraternité et refusent les différences intolérantes et absurdes.


Publié dans 2012 - Résistance(s)

Commenter cet article