Auteur // Thierry Beinstingel

Publié le par salon du livre Saint-Marcellin

Thierry Beinstingel

Thierry Beinstingel 

Auteur

 

 

Samedi 24 mars à 15h30

TABLE RONDE

Le monde du travail animée par Angela Clouzet

Salle de conférence - Saint-Marcellin

Derniers titres : Retour aux mots sauvages, Fayard, 2010.

 

Retour aux mots sauvages met en scène un ancien électricien reconverti dans un central téléphonique.

Il dit toute la difficulté d’adaptation de l’individu à une situation professionnelle non choisie, ainsi que la déshumanisation des rapports sociaux et la perte de sens du travail.

Tout le propos du livre est alors de résister à cette déshumanisation, de réintroduire de l’humain dans la machine.

 

Un livre efficace, aux chapitres courts et percutants.


Débutant sa carrière à la Poste, Thierry Beinstingel devient cadre dans le domaine des télécommunications. Il commence à écrire dans les années 90. Il publie son premier roman en 2000 et il tient parallèlement un blog, Feuilles de route. L’exploration du monde de l’entreprise est un de ses thèmes privilégiés.

 


Thierry_Beinstingel_Retour_aux_mots_sauvages.jpg


Editeur : Fayard
Auteur : Thierry Beinstingel
Date de parution : 10-2010
ISBN : 9782213654751

Genre : Roman / Nouvelle
Public : Adulte

Retour aux mots sauvages

Vous ne verrez jamais son visage.

Vous ne connaîtrez même pas son prénom,

puisque son entreprise lui en a donné un autre.


Il est le téléopérateur qui finit par vous répondre après que vous avez dû appuyer successivement sur la touche étoile, trois, six, dièse puis de nouveau étoile.

«Éric à votre service.»

Éric ?

Inutile de vous en souvenir. Lors de votre prochain appel, vous tomberez sur John, George, Paul ou Ringo.


Une série de suicides dans l'entreprise rappelle que les employés ne sont pas des machines. Sur le plateau de téléphonie, Éric et ses collègues s'interrogent. Certains prophétisent la révolution. D'autres songent avec compassion aux familles des disparus. D'autres encore font l'inventaire de tout ce qui, même ici, maintient en vie l'idée d'humanité.
Éric, lui, décide simplement de transgresser les consignes : un jour il rappelle un client de sa propre initiative...

Face aux mots qui défilent sur un prompteur, ceux que l'univers économique tente de maîtriser, l'homme au travail doit puiser dans sa langue maternelle sa capacité de résistance. Et ce retour aux mots sauvages est peut-être le début de la littérature.


Publié dans 2012 - Résistance(s)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article