Auteur // Ahmad Ashraf

Publié le par salon du livre Saint-Marcellin

Ahmad_Ashraf.jpg

Ahmad Ashraf

Auteur

 

Vendredi 23 mars à 11h

RFI - Autour de la question

Salle de conférence - Saint-Marcellin

 

Dimanche 25 mars à 15h30

TABLE RONDE - L'Afghanistan

Animée par Danielle Maurel

Salle de conférence - Saint-Marcellin

  Titre présenté : Nos luttes cachent nos sanglots, Bayard, 2011.

 

Dans Nos Luttes cachent nos sanglots, Ahmad Ashraf raconte comment le jeune lycéen du lycée français de Kaboul en Afghanistan, passionné de littérature et d’Art, est devenu le neurochirurgien qu’il est actuellement à Grenoble.

 

Son destin singulier croise celui, terrible, de son pays, du début de l’occupation russe dans les années 80, à la rébellion d’une partie des Afghans.

Son parcours est hérissé des souffrances qu’un pays en guerre impose à son peuple.

Mais il résiste car résister, c’est peut-être tout simplement rester droit malgré les bourrasques de la vie.


C’est, pour un médecin, soigner l’autre, tout proche, qui souffre dans sa chair.

Il poursuit une action humanitaire en Afghanistan.


Présent vendredi et dimanche

 

Ahmad_Ashraf_Nos_muttes_chachent_nos_sanglots.jpg


Editeur : Bayard  

Auteur : Ahmad Ashraf  

 Date de parution : 03-2011

 ISBN : 9782227482319

Genre : Histoire / politique 

Public : Tout public

Nos luttes cachent nos sanglots

Ahmad Ashraf est étudiant en médecine lors de l'invasion soviétique.
Il s'y oppose et se retrouve en prison.

Il devient ensuite chirurgien militaire et doit partir dans les zones de combats. Nommé directeur d'un hôpital, il commence à soigner des résistants dans son établissement.

Découvert, il est obligé de fuir et rejoint un dispensaire MSF de la Résistance. La sauvagerie de la guerre, vécue des deux côtés, le pousse à s'exiler au Pakistan où les Talibans lui demandent alors de travailler pour eux.


Comme il refuse, il doit partir.

 

Il arrive à Grenoble où il fera sa carrière de neurochirurgien.

Il revient en Afghanistan, alors que le pays est en proie à la guerre civile. Il rencontre Massoud pour monter des actions d'aide médicale. Depuis, il retourne plusieurs fois par an dans son pays d'origine dont il analyse sans concession la situation.

Publié dans 2012 - Résistance(s)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article